Généralité du Sichuan
English | Deutsch | Français | Español | Italiano
Sichuan - Expérience et découverte
Voyage et opérateur local au Sichuan depuis 1994
Nous
Photos
Informations pratiques
0086-28-85540220
0086-28-85541221
chine@voyageenchine.com
Laisser un message
AccueilAperçu SichuanGénéralité du Sichuan


                                                                      Sichuanan : une province proche des cieux
Généralités

Située au sud-ouest de la Chine, en amont des fleuves Yangtsé et Jaune, l’ouest de la province du Sichuan est niché dans les contreforts de l’Himalaya (monts Hengduan et haut-plateau du Qinghai-Tibet) tandis que l’est de la province se trouve dans le plaine fertile du Sichuan. A l’est, le Sichuan a pour voisine la municipalité autonome de Chongqing qui lui offre un accès direct au fleuve Yangtsé et son commerce fluvial. Le sud du Sichuan partage sa frontière avec les provinces du Yunnan et du Guizhou lui permettant d’entretenir un lien étroit avec l’Asie du sud-est. Stratégiquement situé au point de rencontre de deux axes sud-ouest et nord-ouest le reliant aux autres provinces chinoises, le Sichuan devint dès l’antiquité le point de départ de la Route de la Soie du sud, jouant un rôle important dans le commerce caravanier.
D’une étendue de 1075 km d’ouest en est et de 900 km du nord au sud, la province du Sichuan recèle un  relief varié, composé de rivières et de lacs, de vastes plaines et bassins voués à l’agriculture mais aussi un paysage particulièrement escarpé de montagnes enneigées, hauts-plateaux et vallées profondes. D’une superficie comparable à celle de France (485 000 km2), le relief du Sichuan présente une importante dénivellation d’est en ouest, l’altitude passant de 250 m d’altitude dans le bassin du Sichuan à 7556 m au sommet du mont Gongga.
Le Sichuan regroupe une quinzaine de minorités ethniques telles que les Yi, les Tibétains, les Qiang, les Hui, les Mongoles, les Lisu, les Manchous, les Naxi, les Bai, les Buyi, les Tai, les Miao, les Zhuang et les Tujia. Une dizaine des minorités ethniques peuplent l’ouest du Sichuan, dans la chaîne des monts Hengduan. Les Qiang habitent uniquement au Sichuan qui est à la fois la deuxième plus grande région tibétaine et le plus grand pays des Yi de Chine.
Le peuplement humain du Sichuan remonte à la préhistoire comme en témoigne la découverte de l’homme de « Ziyang » qui y vivait il y a de cela 10 000 ans. À l’époque des Shang et Zhou (16e s.-3e s. av. J.-C.), les deux sociétés Ba et Shu établirent l’ancien royaume de Shu dont les fondateurs légendaires sont les Yufu et Cancong. Les impressionnantes découvertes archéologiques de Jinsha et Sanxingdui offrent la preuve d’une société agricole sophistiquée du 16e et 3e siècles avant J.-C. Dans le même temps, apparut la fabrication de bronzes qui accompagna l’émergence de bourgs et de villes tout le long du fleuve Yang-Tse. 
Sous la dynastie des Qin (221-207 av. J.-C.), le Sichuan était sous le contrôle des royaumes Ba et Shu. C’est à cette époque que fut construit l’important système d’irrigation de Dujiangyan. Conçu au 3e s. av. J.- C. par Li Bing, préfet du royaume Shu, alors sous domination Qin, le système d’irrigation transforma une cuvette aride en une des plaines les plus fertiles du pays depuis plus de 2 300 ans. La production de cuivre et de fer augmenta également et les sichuanais furent les premiers à exploiter les puits de sels notamment dans la ville de Zigong
Sous la dynastie des Han de l’ouest (206 av. J.-C. - 9), Wen Wong, alors préfet de Chengdu, fonda la première école d’officiels et de hauts-fonctionnaires au monde. Construite en pierre, cette école est aussi connue sous le nom de « salles en pierre ».
Le Taoïsme serait également apparu dans le Sichuan. Son fondateur, Lao-Tseu (Laozi en chinois) aurait été un sage chinois et, selon la tradition, un contemporain de Confucius (milieu du VIe siècle av. J. C.). Le taoïsme, une des trois grandes religions de Chine, aurait été fondée par Lao-Tseu alors en retraite spirituelle dans le mont Gaoming à Dayi dans l’ouest du Sichuan.
Le Sichuan a aussi très tôt exploité le gaz naturel et le pétrole de ses sous-sols. D’autres denrées précieuses telles que le thé, le brocard et la soie du Sichuan permirent l’ essor de la région grâce à la Route de la soie du sud. Chengdu, appelée alors « la capitale de l’ ouest », devint l’une des cinq plus importantes villes chinoises.
Pendant l’époque des Trois Royaumes au 3e s. av. J.- C. , Chengdu devint la capitale du royaume de Shu, fondé par Liu Bei. Zhuge Liang, le chancelier du royaume de Shu, fut l’architecte d’une politique efficace qui fit de Chengdu un centre économique florissant. C’est en son honneur que fut construit le temple de Wuhou aujourd’hui situé dans le cœur de Chengdu et dont la visite est très appréciée des visiteurs.
Sous les dynasties Sui et Tang (581-907), le Sichuan devint la préfecture de Jian’nan. Ce fut également une période florissante pour l’économie, la culture, les arts et la littérature du Sichuan. Chengdu (alors appelée Yizhou) et Yangzhou (à l’est de la Chine) étaient à cette époque les villes les plus prospères de Chine. À la fin de la dynastie des Tang, Chengdu fut désignée sous le nom de « capitale du sud » par l’empereur Xizong, qui s’y réfugia en raison de menace militaires provoquées par des généraux rebelles An Lushan et Shi Siming.
Lors des Cinq dynasties (907-960), l’empereur du royaume Shu postérieur (934-965), Mengchang, ordonna aux citadins de planter des hibiscus le long de la muraille encerclant la ville. Depuis, Chengdu est également appelée en Chine « la ville des hibiscus ».
Sous la dynastie des Song (960-1279), le Sichuan fut divisé en quatre départements administratifs Yizhou, Zhizhou, Lizhou et Kuizhou. A cette époque, le Sichuan devint une des régions les plus prospères de l’empire chinois grâce notamment à ses brocards et à sa production céréalière, fournissant un tiers des céréales aux greniers de l’Etat central. Grâce à une technologie avancée, c’est au Sichuan que fut développée et imprimée la première monnaie papier, le ‘Jiaozi’, qui remplaça les pièces de cuivre. Des livres imprimés sous les Song, bien préservés de nos jours, constituent de véritables trésors à valeur universelle.
Les frontières administratives du Sichuan connurent des variations à travers les dynasties. Sous les Yuan (1271-1368), le Sichuan fut placé directement sous le contrôle du gouvernement central, alors que les Ming (1368-1644) et les Qing (1644-1911) établirent une nouvelle province comprenant les haut-plateaux de l’ouest. Lors de l’instauration de la République de Chine en 1912, le gouvernement nationaliste établit la province du Xikang dans l’ouest de l’actuel Sichuan. Pendant la Longue Marche, l’Armée rouge traversa la première montagne enneigée à Jiajin dans le Sichuan, et s’empara du pont suspendu en fer de Luding aux mains de l’armée nationaliste.
Après la fondation de la République Populaire de Chine en 1949, la province du Xikang fut supprimée : la partie est du fleuve Jinsha (en amont du Yangtsé) fut intégrée au Sichuan et le département de Changdu fut intégré au Tibet. En 1997, les villes de Chongqing, Wanxian, Fuling et Qianjiang, appartenant au Sichuan avant 1997, furent intégrées à la municipalité de Chongqing, détachée du Sichuan et relevant directement du gouvernement central. Sur le plan administratif actuel, la province du Sichuan, dont le chef-lieu est Chengdu, est composée de 18 préfectures, soit Chengdu, Zigong, Panzhihua, Luzhou, Deyang, Mianyang, Guangyuan, Suining, Neijiang, Leshan, Nanchong, Yibin, Guang’an, Dazhou, Bazhong, Ya’an, Meishan et Ziyang, et de trois départements autonomes des minorités ethniques de Ganzi, de Aba et de Liangshan.

Généralité du Sichuan
il y a trois clients voyagés 0 maintenant.
Rechercher
Voyage au Sichuan sur mesure
Nous sommes des spécialistes des voyages et circuits sur mesure. Notre équipe vous aidera à concevoir gratuitement et à organiser votre voyage de rêve au Sichuan.
Lettre de remerciement
Danoe is one of the best guides I ever had in the time I travelled around the world for his excellent guide, euthusiasm and passion to service delivery. He was beyond expection for caring about our health and interest. He has shown a high level of professionalism and enthusiasm.
The driver Norbu was very cooperative and professional. The road condition was quite bad but that was for him to show his excellent skill.
Qui sommes-nous | Contactez | Termes et conditions | Liens
Voyage au Sichua sur mesure
Voyageenchine.com | Voyageautibet.com | Self-driving.cn
Sitemap